/
Fenêtres murées/ Daylight Robbery
UN THÉÂTRE D’OMBRES DANS UN CUL-DE-SAC ABANDONNÉ
Quelles sortes d’empreintes laissent nos corps sur l’asphalte et les murs de béton de la ville? Peut-on faire parler les ruines, réveiller les fantômes d’une époque révolue dont les traces refusent de s’évanouir?
Vestiges post-industriels
Cette performance bilingue de silhouettes d’ombres faisait renaître les fantômes de la révolution industrielle dans un parcours occupant un étrange corridor coupé en pointe de tarte.
Griffintown avant les condos
Coincé entre un viaduc du CN et l’édifice de la New City Gas, une ancienne centrale à gazogène alors dans un état de délabrement avancé, ce site était emblématique d’un bref moment de transition pour le quartier Griffintown, juste avant l’arrivée massive des projets de développement immobiliers.
Paysage éphémère
Les spectateurs étaient conviés à la tombée du jour, accueillis par les lampes à l’huile des performeuses et conduits à travers une série de stations représentées par de grands rectangles blancs, réflections fantômatiques des fenêtres murées du New City Gas. Les histoires s’y répandent comme des fragments rescapés de la mémoire : une pelure d’orange, un cigare, une échelle ou un morceau de dentelle. En ressuscitant les ombres de Griffintown, la performance se questionnait sur le caractère éphémère des paysages urbains.
Crédits
2010
Co-création et performance:
Maryse Beauchamp, Mélanie Binette, Catherine Dumas et Roxanne Robillard
Dirigé par:
Mélanie Binette
Conseiller spatial:
Patrick Ma
Produit dans le cadre des Urban Occupations Urbaines, un projet commisionné par Shauna Janssen (Université Concordia) en partenariat avec le MAI et la Fonderie Darling.
Captation vidéo:
Marlène Poulin
Photos:
Patrick Ma et Shauna Janssen