/

Les Coursières de l’Outlet Road

Résidence de coproduction

au 3e impérial, centre d’essai en art actuel

au coeur de Granby,

la princesse des Cantons de l’est!

Ce projet de résidences en art infiltrant (qui s’est déployé sur une période d’un an et demi) s’inspire d’une époque avant la nationalisation de la poste où il fallait attendre le passage hebdomadaire de la diligence pour recevoir des nouvelles de ses proches. Entre 1823 et 1867, un service de «stagecoach» parcourait l’Outlet Road (maintenant la route 112), transportant passagers-ères et courrier tout au long de la route entre Montréal et la frontière américaine à Stansted. Le trajet pouvait durer 16 heures, dépendamment de la saison et de l’état des routes.

Nos résidences au 3e impérial ont pris une double forme: dans un premier temps, il s’agit d’un projet de correspondances entre des retraité.es logeant aux Résidences Soleil Manoir Granby et les locataires actuels de l’ancienne usine Imperial Tobacco, où est situé le centre d’artistes. Dans un deuxième temps, il s’agit également d’une recherche sur la figure du maître de poste rural et les moyens de communication à l’ère de la diligence. Pour unir ces deux aspects, nous avons fabriqué un petit chariot de distribution du courrier inspiré des diligences qui, en plus sa fonction première, permettra de médiatiser à la fois le projet et notre recherche sur la poste antique.

De concert avec Serge Rainville, animateur en loisir aux Résidences Soleil, nous y avons animé des ateliers d’écriture de cartes de Noël et de cartes postales fabriquées par nous même à partir d’aquarelles représentant  des lieux significatifs de Granby, certains aujourd’hui disparus tel que l’ancien bureau de poste détruit en 1972. Il s’agit d’un autre aspect de notre projet:  une volonté d’inscrire le territoire dans l’échange du courrier. Nous avons par la suite recruté des correspondant.es (ou «ami.es du crayon», pour reprendre l’expression anglaise «penpal») parmi les locataires actuels de l’Imperial Tobacco en organisant un petit 5@7. Il nous paraissait intéressant de mettre en lien les locataires de l’Imperial Tobacco avec des personnes qui, pour certaines, ont connu la première vocation de la bâtisse. D’ailleurs, la plupart des personnes âgées étaient également curieuses de savoir ce qui s’y tramait de nos jours.

Ce projet questionne la vitesse avec laquelle les communications sont effectuées à l’ère numérique et l’impératif contemporain de répondre à nos courriels et aux réseaux sociaux à la seconde même où nous recevons des messages. Et si on ramenait un moyen de communication qui prend son temps, comme la bonne vieille poste écrite? Et si on créait un dispositif qui rappelait la distance parcourue pour qu’un message arrive à destination? Et si on mettait en relation des travailleurs, qui souvent manquent de temps au quotidien, avec des personnes retraitées qui, malgré le fait qu’elles soient à la retraite, se diront parfois très occupées si on leur demande… Passons-nous notre vie entière à courir derrière le temps qui fuit? Est-ce que le temps fuit de la même manière à tous les âges?

Le service des coursières et leur petite diligence rappelle les dimensions physiques du temps de la communication et ralentit les échanges en induisant un temps de réflexion contemplative. Ce processus va à l’encontre de l’efficacité en ces temps glorieux de productivité et d’optimisation du capital et fait plutôt la promotion du «slow communication», un mouvement qui prône le ralentissement du rythme avec lequel nous échangeons et entrons brièvement en contact avec de l’information. Un tweet contient un maximum de 280 caractères et se retweet en une fraction de seconde; une lettre peut prendre des semaines à rédiger si on y met du coeur.

Chariot-diligence en cours de livraison:

Les résidences de coproduction se déploieront tout au long de 2019-2020:

Résidence de prospection: 3-7 juin 2019

Première résidence: 3-12 décembre 2019

Deuxième résidence: 27 janvier-5 février 2020

Troisième résidence: 30 mars – 8 avril 2020  ANNULÉE POUR CAUSE DE PANDÉMIE

mais la correspondance a été maintenue

Quatrième résidence: 5-14 octobre 2020

Dernière résidence: 30 novembre-5 décembre 2020

Conception et recherche:

Mélanie Binette et Karine Galarneau

En collaboration avec:

Danyèle Alain, Marie-Claude de Souza et Serge Rainville.

Photos:

Coll. Henri Roy, Musée canadien de la poste

Marie-Claude de Souza

Swann Bertholin

et Mélanie Binette